Une plainte a été déposée ce mardi 25 août 2020 à la Cour de Cassation contre l’ancien chef de l’Etat Joseph Kabila pour spoliation d’un diamant de 822 carats.

C’est l’homme d’affaires congolais Théodore Mbiya Kalala qui l’a déposé en indiquant que le diamant spolié lui appartenait.

« En ma qualité d’homme d’affaires, domicilié au numéro 12, avenue Kimbuala, commune de Mont-Ngafula, à Kinshasa, par la présente plainte, je vous saisis pour des faits qui s’apparentent à la spoliation de mon diamant par Monsieur Joseph Kabila Kabange alors qu’il présidait aux destinées de la République Démocratique du Congo », a-t-il fait savoir.

Cet homme d’affaires, qui a financé des travaux d’exploitation minière artisanale dans la mine de Mfumbu Kabuebue, et à Bena Tshisuaka dans la province du Kasaï Oriental en 2005, accuse Joseph Kabila d’avoir usé de son autorité de président de la République à l’époque pour s’approprier de son diamant. Ce, sous la médiation de messieurs Dominique Kanku alors gouverneur de la province du Kasaï Oriental, Kabamba Wa Beya et Ngoyi Kasanji.

« Monsieur le Procureur Général, les preuves sont légions pour étayer la malice, la ruse de Monsieur Joseph Kabila Kabange qui a usé de son autorité en tant que président de la République Démocratique du Congo pour s’approprier de mon diamant, un bien qui ne lui appartenait pas. De ces faits, j’ai subi d’énormes préjudices incalculables, au moyen desquels j’exige de Monsieur Joseph Kabila Kabange et de sa suite une réparation subséquente », peut-on lire sur ladite plainte.

Cette plainte contre cet ancien Chef de l’Etat et dirigeant de la plateforme politique le Front commun pour le Congo(FCC), majoritaire au Parlement et dans d’autres institutions du Pays, vient au moment où les tensions montent autour de la réforme électorale et la désignation des nouveaux animateurs de la Commission électorale nationale indépendante. Alors que plusieurs voix s’élevent pour appeler la coalition Fcc-Cach au pouvoir à dialoguer pour l’intérêt de la République, cette plainte va peut être créer ou pas un autre climat au sein de la classe politique congolaise. Il faut s’attendre aux commentaires de tout genre face à cet acte judiciaire. Affaire à suivre.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here