Simone Ehivet Gbagbo : le onze avril a été une journée d’humiliation pour tous les peuples de Côte d’Ivoire

    0
    25

    11 avril 2011-11 avril 2021, cela fait maintenant une décennie que l’ex-chef d’Etat ivoirien Laurent Gbagbo par ses adversaires. Ce fait marquant de la crise post-électorale a été commémoré ce 11 avril par ses partisans à la résidence de Riviera Golf de son épouse.


    Ambiance électrique en plein cœur d’Abidjan, les supporteurs de Laurent Gbagbo sont venus nombreux à l’accueil de Simone Ehivet Gbagbo. C’est aux environs de douze heures, heure locale que la foule escorte une Mercedes noire qui transporte à son bord l’ancienne première dame de Côte d’Ivoire. Ici, tout le monde l’appelle « maman ».

    Lorsque la porte s’ouvre, c’est le champ d’allégresse qui l’accueille. Simone Ehivet Gbagbo, personnalité politique influente en Côte d’Ivoire, n’hésite pas à déposer sa casquette d’ancienne première dame pour offrir des pas de dance à ses partisans.

    De l’autre côté du mur, le drapeau ivoirien accompagne les pro-Gbagbo dans une danse qui rappelle la campagne présidentielle de 2010. Plus qu’un souvenir, un moment inoubliable pour certains d’entre eux.

    Sous la bâche, les membres du COJEP (Congrès panafricain pour la Justice et l’Egalité des Peuples), le parti de l’ancien ministre de la jeunesse Charles Blé Goudé signalent leur présence. Ils sont venus commémorer le 11 avril.

    Patrick Yoro, Leader des églises God’s Family, a associé son image à la cérémonie. Il a adressé des prières de remerciement à Dieu. Le chantre camerounais Dick Lephata, a lui aussi pris part à la cérémonie.

    Pour la deuxième vice-présidente du Front Populaire Ivoirien, Mme Gbagbo, cette date a été une journée d’humiliation pour la Côte d’Ivoire. Elle demande aux ivoiriens de tourner la page de cette histoire douloureuse.

    « Moi, je n’ai jamais souhaité qu’on s’arrête même à la date du onze avril. Qu’on se rappelle même de la date du onze avril 2011. Pour moi, peut-être parce que je suis Abouré, mais chez nous les abourés, quand quelque chose est mauvais, on met une croix. On met ça sous silence et c’est définitivement sous silence. Donc, quand on me dit, mais il y a les onze avrils, il faut faire quelque chose. Je leur dis non, moi, je ne fais rien les onze avrils. Parce que les onze avrils ont été une journée de défaite pour moi, pour mon époux, pour ma famille et pour toute la Côte d’Ivoire. Le onze avril a été une journée de détresse pour les Ivoiriens. Le onze avril a été une journée de l’humiliation. » A-t-elle martelé.



    Mais l’ambiance a été plus marquée par l’improvisation des jeunes patriotes qui chantaient les noms des personnalités politiques, prisonniers depuis la crise post-électorale de 2010-2011. Une sorte de soutien moral à toutes ces familles qui espèrent un jour voir la libération de leurs proches.

    « Le jour où notre président va venir, il faut que le monde entier sache malgré les années notre amour pour le président Gbagbo n’a jamais cessé. Ceux qui sont en mesure de surpasser leurs douleurs pour accepter tout le monde. Maman Simone Gbagbo vous êtes une grande dame. » A confié Touré Dubois, président national de la jeunesse du FPI.

    Grande dame, « reine » sont les caractéristiques accordées à Simone Gbagbo par les membres du parti.

    Meledje Adou Roy, ce jeune ivoirien de 11 ans, née d’un père militaire incarcéré depuis la crise post-électorale de 2010, a eu l’honneur de célébrer ses bougies sous le parrainage de la deuxième vice-présidente du FPI. Un cadeau à l’allure de la célébration de la liberté de Laurent Gbagbo.


    À l’entrée de la cour, les gardiens du temple, espèrent retrouver vite leur mentor Laurent Gbagbo. Mais l’attente risque d’être encore très longue, car jusqu’à présent, aucun programme officiel du retour de l’ancien président Laurent Gbagbo n’a encore été officialisé.

                                                                                              Eric Biantuadi, BSENEWS, Abidjan

    NO COMMENTS

    LEAVE A REPLY

    Please enter your comment!
    Please enter your name here